• Fermeture de la Piscine Intercommunale pour travaux du 14 avril au 21 mai 2017
  • Fin des inscriptions scolaires rentrée 2017 ! Pensez-y

Revitalisation du Centre-Bourg

Un territoire à taille humaine, à l’urbanisation morcelée

Traversée d’Est en Ouest par la ligne SNCF Paris- Lyon – Marseille, Migennes est desservie par la D 606 et se situe à proximité de l’A6. Au confluent de l’Yonne et de l’Armançon, Migennes est également la porte du Canal de Bourgogne, qui avec ses 242 km et ses 189 écluses, relie l’Yonne et la Saône.

Migennes est la ville centre de la Communauté de Communes de l’Agglomération Migennoise, regroupant 8 communes qui accueillent 15 452 habitants (population légale 2010), qui forment ainsi  la troisième unité urbaine du département de l’Yonne.

Migennes a connu un développement urbain très particulier, expliqué en grande partie, par les mutations économiques du territoire, impactant directement les évolutions démographiques. Des villes évoluent de manière régulière et progressive, mais ce n’est pas le cas de Migennes.  La Ville passe ainsi de 296 hab en 1821 à 8235 en 1990 (population multipliée par 28), quand dans la même période, Laroche, ville voisine, évolue de 704 habitants à 1373 habitants (multiplication par 2) et Cheny, ville voisine de 737 hab à 2521 (multiplication par 3.5).

Ville champignon, son développement ne s’est pas fait ex nihilo (bourg du Vieux Migennes), mais par poussées qu’on pourrait résumer autour de quelques périodes clés :

  1. Avant 1800 : Agriculture, autour d’un village sur le bord du plateau
  2. XIXe et début du XXe siècles : Voies fluviales et ferrées (avec Cité indépendante), dans la vallée.
  3. 30 glorieuses : Mutation économique forte : du tout ferré au tout industriel, avec grands ensembles et zones d’activités
  4. Depuis les années 2000 : Travail sur les liens entre les différents quartiers et le renouvellement urbain.

 

1821

1851

1881

1911

1931

1954

1975

1999

2007

296

719

1288

2936

4994

5226

8315

8424

7496

 

 

Bien que située en zone rurale, Migennes est une commune à taille humaine, qui dispose des équipements et services d’une ville centre : établissements scolaires, multi-accueil, EPHAD, foyers de résidences, centre de formations, équipements sportifs, culturels et de loisirs diversifiés. Migennes peut également se prévaloir d’une vie associative riche.

Sa population est de 7379 habitants (population légale 2010), en diminution régulière depuis quelques années.

 

Des documents d’urbanisme porteur d’un projet de développement

a. Un projet global de développement territorial…

La ville s’est engagée dès 2001 dans un Projet de Ville, jugé nécessaire par le morcellement du territoire et le besoin de rénovation de certains quartiers. Elaboré en concertation avec l’ensemble des partenaires du développement territorial (Etat, bailleur social, …), sa finalité était de répondre à un programme d’actions en 5 axes correspondant aux 5 secteurs territoriaux :

1.      Développer les parcs d’activités de la commune

  1. Densifier le centre-ville
  2. Valoriser l’identité du centre historique (le Vieux Migennes)
  3. Recomposer la Ville Haute
  4. Dynamiser le quartier des Cités  au Sud de la ville

b. … repris dans le Plan Local d’Urbanisme

Ce « projet de ville » sert de fil conducteur pour la modification du Plan d’Occupation des Sols en Plan Local d’Urbanisme, que la ville entreprend en 2006. Des enjeux identifiés par la municipalité ont complété la définition des orientations du futur PLU :

-          le développement de l’activité économique

-          une augmentation de la population compatible avec un cadre de vie préservé

-          la mise en valeur du patrimoine architectural et urbain

-          le développement des circulations douces

Le PLU, adopté le 13 septembre 2006, mise principalement sur une projection de croissance de la population migennoise qui atteindrait, selon les estimations de l’époque, environ 10 000 habitants en 2015. Ce postulat de croissance a défini les projections tant en matière d’habitat, qu’en matière de développement économique et d’aménagements de l’espace public, repris dans le Plan d’Aménagement et de Développement Durable

c. … repris également dans le Projet de Rénovation Urbaine sur un des quartiers : Mignottes – Ville Haute

Dès la phase diagnostic de l’étude globale de renouvellement urbain, menée préalablement à l’élaboration du Projet de Ville, le quartier Mignottes-Ville Haute a été identifié comme l’un des secteurs prioritaires d’intervention.

Issu du mouvement d’urbanisation important des années 60-70, ce quartier se caractérisait avant tout par son isolement et sa faible mise en valeur. Stigmatisé par sa forme urbaine, soumis à de nombreuses difficultés de gestion (délinquance, vacance) cet espace offrait un habitat et un environnement dégradé et vieillissant ne répondant plus aux attentes et aux besoins des habitants.

A ces difficultés urbaines s’ajoutaient des difficultés sociales. Comptabilisant 545 (dont seulement 6 logements individuels) des 925 logements sociaux existants sur le territoire communal (sur 3 216 résidences principales), ce quartier concentre une population en grande difficulté, représentant, de fait, l’antinomie même de la mixité sociale.

Une convention partenariale pour la mise en œuvre du programme de rénovation urbaine du quartier Mignottes-Ville Haute a été signée entre la commune,  l’Etat, la Région, le Département, la Caisse des Dépôts et Consignations, et le groupe Domanys - Yonne Habitation en avril 2010, pour une enveloppe de plus de 27 millions d’euros de travaux d’aménagement, de constructions (125 logements), de démolitions (232), et de réhabilitations (187).